Hong Kong signale le premier cas de virus de l'herpès B

Les autorités sanitaires de Hong Kong ont rendu compte cette semaine de l'enquête sur un cas d'infection humaine par le virus de l'herpès B (également connu sous le nom de virus de l'herpès simiae) et ont invité le public à s'abstenir de toucher ou de nourrir les singes sauvages afin de minimiser le risque de contracter le virus.

Il s'agit d'un homme de 37 ans en bonne santé, qui a été admis à l'hôpital Yan Chai le 21 mars en raison d'une fièvre et d'une perte de conscience. Il est actuellement soigné à l'unité de soins intensifs de l'hôpital et son état est critique. L'échantillon de liquide céphalo-rachidien du patient a été testé positif au virus B par la Direction des services de laboratoire de santé publique du CHP aujourd'hui.

Selon les informations fournies par les membres de sa famille et les enquêtes préliminaires, le patient a eu des contacts avec des singes sauvages et a été blessé par eux lors de sa visite au Kam Shan Country Park à la fin du mois de février. Des enquêtes épidémiologiques sont en cours.

Les responsables du Centre de protection de la santé (CHP) du ministère de la santé (DH) indiquent qu'il s'agit du premier cas d'infection humaine par le virus de l'herpès B enregistré par le CHP.

Des cas d'herpès B ont été signalés aux États-Unis et au Canada. Le Japon a déclaré son premier cas en 2019 et la Chine continentale a déclaré son premier cas en 2021.

L'infection par le virus B est causée par un virus de l'herpès. Le virus B est aussi communément appelé herpès B, virus B du singe, herpes virus simiae et herpès virus B.

Le virus est présent chez les macaques, notamment les macaques rhésus, les macaques à queue de cochon et les macaques cynomolgus (également appelés macaques mangeurs de crabes ou macaques à longue queue). On pense que les macaques sont l'hôte naturel du virus.

Le CDC note que l'infection par le virus B est extrêmement rare chez l'homme. Lorsqu'elle se produit, l'infection peut entraîner des lésions cérébrales graves ou la mort si le patient n'est pas traité rapidement après l'exposition. L'infection chez l'homme est généralement causée par des morsures ou des griffures d'animaux ou par un contact des muqueuses avec des fluides ou des tissus corporels.

Les infections humaines par le virus B non traitées entraînent un taux de mortalité extrêmement élevé (∼80%) et, par conséquent, présentent des défis uniques et potentiellement mortels pour les personnes qui manipulent des macaques ou des cellules et tissus de macaques.

Un porte-parole du CHP a déclaré que pour minimiser le risque de contracter le virus B, il est conseillé aux membres du public de respecter les consignes suivantes :

  • Ne pas s'approcher des singes sauvages et éviter de les toucher ou de les nourrir ;
  • En cas de blessures causées par des singes, laver la plaie à l'eau courante et consulter immédiatement un médecin.

Source : Outbreak News Today

Pages associées