Inde : une enfant de 5 ans est décédée de la fièvre de la forêt de Kyasanur

En Inde, une fillette de 5 ans est décédée des suites d'une défaillance multiviscérale après avoir contracté la maladie de Kyasanur Forest (KFD) dans un hôpital privé d'Arendur, dans le taluk de Siddapura (État du Karnataka). Le nombre de personnes décédées dans le district s'élève désormais à 9.

Le virus KFD, ou fièvre du singe, s'est à nouveau déclaré dans la partie de Malnad du district d'Uttara Kannada. L'enfant, qui souffrait d'une forte fièvre depuis quelques jours, a été admise à l'hôpital Manipal d'Udupi pour y être soignée, mais elle est décédée sans avoir réagi au traitement.

Dans le seul taluk de Siddapura, 90 cas de KFD ont été détectés, et un total de 99 cas ont été détectés dans d'autres taluks jusqu'à présent.

Rappels sur la fièvre de la forêt de Kyasanur

Le virus de la fièvre de la forêt de Kyasanur (KFDV) appartient à la famille des Flaviviridae. Le KFDV, qui est antigéniquement apparenté au sérocomplexe du virus de l'encéphalite à tiques, présente une homologie génétique de 97 % avec le virus de la fièvre hémorragique d'Alkhurma.

Depuis plusieurs dizaines d'années, l'activité du virus n'était connue qu'au Karnataka (districts de Shimoga, Chikmagalur, Uttara Kannada, Dakshina Kannada et Udupi), mais ces cinq dernières années, des cas ont été signalés dans des États voisins du Karnataka, tels que le Tamil Nadu, le Kerala, Goa et le Maharashtra.

La fièvre de la forêt de Kyasanur fait partie des fièvres hémorragiques.

L'homme est infecté par la piqûre des nymphes et des tiques adultes du genre Haemophysalis, qui sont principalement actives pendant la saison sèche en Inde. Leur activité est élevée de janvier à mai chaque année, ce qui coïncide avec l'apparition de la plupart des cas de KFD chez l'homme. Le KFDV a un large éventail d'hôtes, dont l'homme, les rongeurs (rats forestiers, musaraignes, rats à ventre blanc, rats à queue blanche et écureuils), les chauves-souris, les oiseaux terrestres, les porcs-épics indiens et les singes (langur à face noire, macaque à bonnet et langur gris). Les macaques à bonnet à face rouge et les langurs à face noire ont été décrits comme étant très sensibles à l'infection par le KFDV. Lorsque les humains se rendent dans des zones où vivent des singes malades et mourants, comme les bois et les forêts, ils risquent davantage d'être exposés aux tiques infectées. Si la transmission de la tique à l'homme est une voie d'infection établie, la transmission directe de l'homme à l'homme n'a pas encore été signalée.

La période d'incubation de la KFDV chez l'homme est de 3 à 8 jours.

Les patients présentent généralement une fièvre soudaine, des maux de tête et des douleurs corporelles généralisées. Une inflammation conjonctivale est souvent observée. Des symptômes gastro-intestinaux (vomissements, douleurs abdominales et diarrhées) apparaissent chez la majorité des patients. Les malades peuvent présenter des adénopathies et une hépato-splénomégalie. En général, la plupart des patients se rétablissent en 10 à 14 jours. La période de convalescence est prolongée. Des manifestations hémorragiques sont possibles à cette phase et peuvent commencer 3 à 4 jours après l'apparition des symptômes et peuvent entraîner une évolution défavorable.

Jusqu'à 20 % des patients peuvent présenter une maladie biphasique avec, dans un deuxième temps, une reprise de la fièvre accompagnée de symptômes neurologiques.

Le taux de létalité de l'infection par la KFDV est d'environ 2 à 10 %.

Il n'y a pas de traitement antiviral spécifique de la KFD.

L'Inde dispose d'un vaccin inactivé contre la KFD, inactivé. Le calendrier de vaccination prévoit l'administration de deux doses au groupe d'âge de 7 à 65 ans, à un mois d'intervalle. L'immunité induite par le vaccin étant de courte durée, la première dose de rappel est recommandée environ 6 à 9 mois après la primo-vaccination ; par la suite, l'administration d'une dose de rappel annuelle est recommandée pendant cinq ans après le dernier cas confirmé dans la région. Cependant, des données récentes montrent une récurrence des cas de KFD même chez les sujets vaccinés, ce qui peut probablement être dû à l'efficacité sous-optimale du vaccin actuel ou du protocole de vaccination. Des variantes possibles du virus en circulation et une faible acceptation du vaccin par la communauté, en raison d'effets indésirables, pourraient également conduire à une récurrence. En outre, les effets secondaires associés au vaccin, tels que la douleur, et l'administration de doses de rappel pendant cinq ans sont également considérés comme des facteurs potentiels de découragement qui pourraient affecter l'acceptabilité du vaccin. La stratégie de vaccination actuelle prévoit l'administration du vaccin aux personnes habitant dans un rayon de 5 km autour de la zone où la KFD est signalée. Toutefois, l'apparition des cas à plus de 5 km de la zone touchée montre qu'il est nécessaire de revoir la stratégie de vaccination en cours.

Références : (1) Bhatia B et al. Kyasanur Forest Disease and Alkhurma Hemorrhagic Fever Virus—Two Neglected Zoonotic Pathogens. Microorganisms. 2020 Sep; 8(9): 1406. (2) Munivenkatappa A et al. Clinical & epidemiological significance of Kyasanur forest disease. Indian J Med Res. 2018 Aug; 148(2): 145–150. (3) Rajaiah P. Kyasanur Forest Disease in India: innovative options for intervention. Hum Vaccin Immunother. 2019; 15(10): 2243–2248.

Source : Public TV English

Pages associées